Les gestes du potier

        "J'ai cherché des poètes j'ai trouvé des potiers... Le potier saisit la motte d'argile comme on ferait d'un visage pour le baiser. Une fleur de terre monte, monte et s'épanouit."   G. Duhamel

Avant de vous parler technique nous avions envie de vous faire saisir le plaisir éprouvé à travailler l'argile.....

Préparation de la terre


L'argile est une matière issue de la décomposition de roches primitives (feldspath). Broyée et combinée à l'eau, elle devient plastique et façonnable.

Brigitte pétrit l'argile qui a décantée
Brigitte devant l'atelier, pétrit l'argile qui a décantée
Pierre-Henri la filtre
Pierre-Henri la filtre
Pierre-Henri passe la terre dans la boudineuse avec Amandine
Et la malaxe avec Amandine dans la boudineuse

Après avoir été dans un bac de décantation, la terre est filtrée puis pétrie pour enfin passer dans la boudineuse d'où sortiront des pains de terre qui pourront être stockés.

Depuis 1981 nous utilisons une terre à faïence c'est-à-dire  cuisant à 1000°C , et depuis quelques années ,

surtout de la porcelaine qui se cuit et vitrifie au-dessus de 1250°C.

C'est une argile composée essentiellement de kaolin. Ce dernier lui donne sa blancheur et sa translucidité.
Difficile à tourner, elle garde la "mémoire" des déformations subies et aura perdu 17% de sa taille à la fin de la 2éme cuisson

 

L'art céramique est riche d'innombrables techniques parfois millénaires.


Le façonnage à la poterie du scorpion


Pierre-Henri, formé à  l'école d'Art appliqué de Vevey en Suisse, tourne avec maitrise des formes élégantes et sobres .

Brigitte, autodidacte, prend plaisir à modeler des pièces dans un geste spontané se laissant guider par sa passion de la nature. Ainsi les mains sur la terre et la tête dans les étoiles, ils se complètent  dans une délicate harmonie pleine de poésie en poursuivant le chemin ouvert par l'Art Nouveau à la fin du 19ème siècle avec les émaux à cristallisations.

 

Les émaux cristallisés


Ce sont des émaux  composés spécialement pour permettre à des cristaux d’apparaître dans la couche d’émail.

La cristallisation dépend de plusieurs paramètres :

La formule  de la glaçure qui doit permettre aux molécules de "bouger" pour s'organiser en cristaux.

La présence d'oxyde de zinc modifie sa viscosité mais en contre partie la glaçure "coule" ce qui nécessite des précautions.

Les cuissons  doivent être très longues, avec des températures de palier bien précises et un refroidissement très lent.
 
Les cristaux ont la faculté de concentrer les oxydes colorants utilisés habituellement, et c’est ainsi que l’on peut observer des différences de couleurs entre le fond et le cristal. 


Les effets obtenus, tout en restant aléatoires, peuvent être magnifiques évoquant tantôt un tapis floral, tantôt un ciel étoilé, ou encore de la nacre ou du givre.