L'art de la céramique, une tradition en Provence

La pratique de l'art céramique se fait en 3 étapes

- Le savoir-faire, d'une tradition millénaire, de l'artisan fera naître l'objet de la terre.

- La cuisson qui transformera la matière en une autre aux qualités toutes différentes.

- La décoration, une expression artistique.

Comme il y a 8000 ans en Provence la tradition se perpétue et certains potiers choisissent de préparer eux même les matières premières nécessaire à leur art.

Daniel de Montmollin  témoigne de ce savoir- faire dans ses nombreux livres.

A la Poterie du Scorpion

Nous achetons notre terre déjà prête pour le façonnage, mais respectueux de cette belle matière et afin de ne rien gaspiller nous récupérons tout ce qui n'est pas transformé par la cuisson et nous la préparons pour la réutiliser.

Préparation de la terre

Réduite en poudre, puis mélangée à l'eau et après avoir été dans un bac de décantation, la terre est filtrée, pétrie pour enfin passer dans la boudineuse d'où sortiront des pains de terre qui seront être stockés.

Brigitte pétrit l'argile qui a décantée
Brigitte devant l'atelier, pétrit l'argile qui a décantée
Pierre-Henri la filtre
Pierre-Henri la filtre
Pierre-Henri passe la terre dans la boudineuse avec Amandine
Et la malaxe avec Amandine dans la boudineuse

L'argile est une matière issue de la décomposition de roches primitives (feldspath).

Broyée et combinée à l'eau, elle devient plastique et façonnable.

Pendant 20 ans nous utilisions une terre à faïence qui venait de Vallauris.

Et depuis les années 2010, nous avons choisi de laisser de coté la tradition provençale et utiliser  la porcelaine.

Nous voulions renouveler notre expression artistique   avec la technique des émaux cristallisés.

La porcelaine est une argile composée essentiellement de kaolin. Ce dernier lui donne sa blancheur.
Difficile à tourner, elle garde la "mémoire" des déformations subies et aura perdue 17% de sa taille

en se vitrifiant. Mais nous l'aimons pour ses qualités de finesse et d'inaltérabilité.

Le savoir-faire traditionnel de l'artisan d'art

  "J'ai cherché des poètes j'ai trouvé des potiers... Le potier saisit la motte d'argile comme on ferait d'un visage pour le baiser. Une fleur de terre monte, monte et s'épanouit."   G. Duhamel

Le tournage est fait  principalement par Pierre-Henri où il excelle .

D'autres pièces sont estampées, parfois coulées, ou modelées  par Brigitte .

La cuisson: une étape décisive dans l'art céramique

En Provence on cuit la faïence en deux fournées:

Les pièces en terre sont cuites une première fois à 1000°C. La cuisson doit se faire lentement jusqu'à 600°C environ, pour que la terre se transforme en biscuit dur sans casser.

On revêt ensuite un décors sur tout ou partie de la céramique et on fait une 2ème cuisson à 1000° C plus ou moins suivant le choix du décors traditionnel choisi.

A la poterie nous cuisons aussi la porcelaine deux fois:

- Une première cuisson que l'on appelle le "dégourdi" à 1000°C pour durcir les pièces,

et que l'on nomme alors "le biscuit".

Elle se fait dans notre ancien four  à gaz .

Cela nous permet de poser notre émail sans risque de casse ou de déformations.

- Une deuxième cuisson à 1280°C .

Elle se fait dans un four électrique construit par Pierre-Henri  qu'il a conçu  lui même pour qu'il soit performant,

et  parfaitement isolé, dans un soucis d'économie d'énergie.

La décoration de la céramique

En Provence on distingue trois groupes de décors

-  La traditionnelle "terre vernissée" qui est un décors fait au pinceau  sur une engobe puis recouvert par un émail transparent.

- La faïence blanche décorée, comme par exemple à Moustiers.

Le décors se fait sur un émail blanc avec des pinceaux qui peuvent être très fins pour un décors très précis.

- Les faïences colorées revêtues d'émaux aux couleurs vives et chatoyantes, que nous faisions auparavant.

Notre décors se sont les cristaux de l'émail, ou des gravures dans la terre

Brigitte Lacreuse émaille au pistolet à la Poterie du Scorpion

Nous faisons notre émail nous même à partir de minéraux cristallins  et d'oxydes métalliques. Ils sont en poudre  très fine pesés au mg près suivant des formules plusieurs fois testées  et mélangés à l'eau. Nous pulvérisons ce mélange avec un pistolet sur le biscuit.

 Certaines pièces sont revêtues entièrement d'émail cristallisé, d'autres, à l'extérieur, seront juste décorées par des gravures ou impressions.

Deux décors différents, et pour en savoir plus :